Étude de la pollution par les COV et l'ozone photochimique dans la région du delta de la rivière des Perles

 

1 INTRODUCTION

1.1 Contexte

1.1.1 Le développement économique rapide dans la région du delta de la rivière des Perles (PRD), y compris la région administrative spéciale de Hong Kong au cours de la dernière décennie, a entraîné des changements dans la nature des polluants atmosphériques émis par diverses activités dans la région. Il y a eu une dégradation marquée de la qualité de l'air et de la visibilité dans la région depuis le milieu des années 90.

1.1.2 La région PRD a connu une formation de smog photochimique régional plus fréquente (également appelée brume régionale) ces dernières années. L'ozone est un constituant majeur du smog photochimique et des concentrations élevées d'ozone troposphérique ont été enregistrées dans la région. Les concentrations d'ozone à Hong Kong ont montré une tendance à la hausse modérée depuis les années 1990, les zones rurales connaissant des niveaux d'ozone plus élevés que les zones urbaines 1,2. Les composés organiques volatils (COV) et les composés organiques volatils oxygénés (COV) sont d'importants précurseurs de la formation d'ozone troposphérique. Il est important de comprendre les sources et les forces des précurseurs photochimiques de l'ozone ainsi que la répartition spatiale de l'ozone, des COV et des COV afin de comprendre la formation du smog photochimique dans la région. Ces informations sont essentielles à la formulation d'une politique régionale appropriée de contrôle du smog.

1.1.3 Le Département de la protection de l'environnement (EPD) a chargé ENSR Environmental International, Inc (EEII) le 27 septembre 2007 de mener une étude sur la pollution par les COV et l'ozone photochimique dans la région du delta de la rivière des Perles - Étude de faisabilité (Accord n ​​°: CE 2/2007 ( EP)).

1.1.4 Les principaux objectifs de l'étude étaient la collecte d'échantillons de COV et de COV dans la région du PRD couvrant une zone d'étude de 40,000 2 km200 (1 km de longueur et de largeur). La zone d'étude couvrait l'ensemble du territoire de la région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK) et de la zone économique du delta de la rivière des Perles (PRDEZ) qui comprend Guangzhou, Shenzhen, Zhuhai, Dongguan, Zhongshan, Foshan, Jiangmen, Huizhou et Zhaoqing. Veuillez vous référer à la figure XNUMX.

1.1.5 Les objectifs de cette étude sont d'identifier les sources de COV et d'OVOC et de caractériser la formation du smog photochimique. Les données collectées permettraient de mieux comprendre la distribution spatiale des COV et des COV dans la région PRD et faciliteraient la mise à jour de l'inventaire des émissions pour la modélisation photochimique. L'étude comprenait des recommandations sur les mesures et les stratégies les plus appropriées pour réduire le problème du smog régional. Au total, huit mesures ont été effectuées entre septembre 2008 et décembre 2009 en quatre jours d'échantillonnage à 84 emplacements. La modélisation de la qualité de l'air a été utilisée pour aider à comprendre les caractéristiques de la formation du smog photochimique dans la région du PRD et pour soutenir l'élaboration d'une stratégie de contrôle de l'ozone.

1.2 Importance de cette étude

1.2.1 Certains résultats décisifs ont été obtenus dans cette étude et résumés comme suit,

  • C'est peut-être la première et la plus importante et la plus importante étude d'échantillonnage en grille régionale comprenant une zone de 200 km sur 200 km avec échantillonnage et analyse sur le terrain de COV et d'OVOC. Il permet de mieux comprendre les variations spatiales et temporelles régionales des COV et des COV.
  • Sur la base de l'analyse des données, il existe neuf principales sources de COV dans la région du PRD qui vérifient que le transport routier est la source d'émission la plus influente parmi toutes et dépasse le potentiel de formation d'ozone.
  • En utilisant le modèle de mise à niveau PATH, il simule la variation spatiale et temporelle de l'ozone et les caractéristiques de transport. Il identifie que l'ozone est affecté par l'influence régionale et que le niveau élevé d'ozone est principalement lié aux émissions locales.
  • Le résultat confirme en outre que les stratégies de réduction des émissions les plus efficaces seraient ciblées sur le transport routier et les émissions industrielles.
  • Il recommande également des stratégies pour augmenter le réseau régional de surveillance de la qualité de l'air en mettant en place des stations de surveillance de l'évaluation photochimique (PAMS).

1.2.2 Diverses données de terrain issues de la présente étude compléteraient les programmes scientifiques nationaux. Les données de mesure recueillies dans le cadre de cette étude ont servi de source de référence importante sur le mécanisme de formation du smog dans la région PRD et jouent un rôle majeur lors de l'élaboration d'une stratégie régionale de contrôle du smog. Les résultats de l'étude ont partagé et soutenu des études scientifiques majeures et ont complété le mécanisme de formation du smog dans la région PRD. Les données sur les COV ont servi de support scientifique important et jouent un rôle majeur lors de l'élaboration d'une stratégie régionale de contrôle du smog.

Figure 1 Zone d'étude

2 RÉSULTATS DE L'ÉTUDE ET INTERPRÉTATION DES DONNÉES

2.1 Résumé des conclusions

2.1.1 Au total, 50 espèces de COV, dont le méthane (CH4), 39 hydrocarbures non méthaniques (NMHC), 4 halocarbures, 5 nitrates d'alkyle et sulfure de diméthyle (DMS) et le monoxyde de carbone (CO) ont été quantifiés. En général, la plupart des espèces de COV avaient des rapports de mélange mesurés dans les 4 campagnes d'échantillonnage dans les plages précédemment signalées dans la région PRD ou dans d'autres villes de Chine.

2.1.2 Les niveaux de COV dans la région PRD étaient principalement dominés par les alcanes et alcènes en C2-C5, ainsi que par le benzène, le toluène, l'éthylbenzène et les xylènes (BTEX). Les niveaux de COV à Hong Kong étaient relativement faibles dans la zone d'étude.

2.1.3 Les rapports de mélange de la plupart des espèces de COV ont montré des caractéristiques été-faible-hiver-plus élevées, à l'exception des nitrates d'alkyle et de l'isoprène. Cela peut résulter de la dilution due à l'augmentation de la profondeur de mélange, de plus de précipitations en été qui ont provoqué un lessivage des polluants, de l'élimination des COV par les particules par dépôt sec et humide et de l'élimination chimique, en particulier des radicaux OH, pendant l'été, etc. Cependant, des formations de nitrates d'alkyle et d'isoprène plus élevées dues à la production photochimique atmosphérique et à l'émission biogénique ont été trouvées en été respectivement, résultant de plus de lumière du soleil et de températures plus élevées en été.

2.1.4 Des échantillons de COV passifs de 84 heures ont été collectés sur les 2 sites d'échantillonnage, et des échantillons de COV actifs ont été collectés dans 10 tranches de temps sur 2 sites d'échantillonnage au cours des 20 premières campagnes d'échantillonnage. L'échantillonnage passif OVOC a été remplacé par l'échantillonnage actif OVOC plus robuste (étendu à 2 sites) dans les 19 dernières campagnes d'échantillonnage pour obtenir des résultats plus représentatifs. Il y avait XNUMX espèces de COV ciblées considérées dans cette étude.

2.1.5 Bien que les résultats de l'échantillonnage passif d'OVOC n'aient pas montré de modèle spatial systématique pour les espèces d'OVOC quantifiées, il a été conclu que l'ordre de grandeur des concentrations d'OVOC mesurées avec l'échantillonnage passif était en bon accord avec ceux obtenus avec l'échantillonnage actif . Cela montre sa capacité à mesurer les COV ambiants.

2.1.6 D'après le résultat de l'échantillonnage des COV actifs, il a été indiqué que la formation secondaire était une source importante de COV. De plus, on observe que les concentrations totales de COV mesurées lors de l'échantillonnage de l'année 2 étaient généralement plus élevées que celles de l'échantillonnage de l'année 1. Cela concordait avec les résultats des concentrations de COV.

2.2 Répartition des sources et potentiel de formation d'ozone (OFP)

2.2.1 Des modèles d'analyse en composantes principales (ACP) et de factorisation à matrice positive (PMF) ont été appliqués aux données recueillies sur les COV pour identifier les principales sources de pollution atmosphérique et leurs contributions aux niveaux de pollution ambiante.

2.2.2 Au total, 9 sources d'émission de COV ont été trouvées par PMF et des sources similaires ont également été identifiées par l'ACP. Les sources comprenaient la combustion, les gaz d'échappement diesel, les gaz d'échappement d'essence, l'évaporation de l'essence, les fuites de gaz de pétrole liquéfié (GPL) et les émissions de propulseurs, les mélanges de solvants, les émissions industrielles, la formation secondaire et la masse d'air vieillie et les émissions biogéniques, ont été identifiées par PMF et les contributions des sources aux deux. 5h00 et 10h00 des 4 campagnes d'échantillonnage ont été estimées. Dans l'ensemble, les contributions aux sources d'émissions par les gaz d'échappement d'essence sont celles qui contribuent le plus (22.7%) à la concentration ambiante de COV dans la région PRD, suivies des émissions industrielles (15.9%) et des fuites de GPL et des émissions de propulseur (13.0%). Les résultats du PMF ont montré que les émissions liées au trafic (c.-à-d. Gaz d'échappement diesel, gaz d'échappement, évaporation d'essence et fuite de GPL) et les émissions liées à l'industrie (c.-à-d. Émissions industrielles et mélanges de solvants) contribuaient en moyenne à environ 50% et 25% des niveaux ambiants de COV. respectivement au cours des 4 campagnes d'échantillonnage.

2.2.3 Le potentiel de formation d'ozone (OFP) indique le potentiel de formation d'ozone causé par les COV et la compréhension du OFP des différentes sources d'émission serait utile pour que les décideurs politiques décident sur quelle direction les stratégies de contrôle devraient se concentrer. Les OFP des différentes catégories de sources identifiées par l'analyse PMF des données validées sur les COV ont été étudiées plus avant pour identifier quelle (s) source (s) d'émission particulière (s) avait le plus grand potentiel de formation d'ozone dans la région PRD. En ce qui concerne les émissions liées au trafic, les contributions OFP provenant des gaz d'échappement des moteurs diesel et des gaz d'échappement ont dominé (environ 45%); tandis que la contribution des solvants mixtes était la plus importante (28%) parmi les émissions liées à l'industrie. Sur la base des conclusions ci-dessus, les stratégies de contrôle de l'ozone pour les sources liées au trafic devraient être élaborées en mettant l'accent sur le contrôle des émissions de COV provenant des gaz d'échappement de diesel et d'essence; tandis que ceux pour les sources industrielles devraient être développés en se concentrant sur le contrôle des émissions de COV des solvants mixtes (veuillez vous reporter à la figure 2).

2.2.4 OFP d'OVOC a été étudié moins fréquemment dans les recherches précédentes. Le OFP moyen était plus élevé dans le 2 échantillonnage d'été en raison du niveau élevé de réactions photochimiques de la plupart des espèces d'OVOC en été. Les COV et les COV ont tous deux des contributions à la formation d'ozone, la moyenne globale du PFO total provenant des COV variait de 22.7% à 43.2% parmi les 4 campagnes d'échantillonnage, a révélé que les COV sont un groupe contributeur principal qui justifie des études complémentaires.

Figure 2 Pourcentages globaux de contribution OFP pour les neuf sources identifiées par l'analyse PMF

2.3 Résultats de la modélisation de la qualité de l'air

2.3.1 Une technique de modélisation PATH améliorée a été utilisée pour simuler les concentrations d'ozone dans la région PRD au cours des 4 périodes de campagne d'échantillonnage. L'inventaire des émissions a été mis à jour pour cette étude sur la base des informations obtenues à partir des dernières recherches ainsi que des données de mesure des COV et des résultats de PMF obtenus à partir de cette étude. Les résultats du modèle ont été comparés aux valeurs d'observation. Les résultats ont montré que le modèle PATH pouvait raisonnablement simuler la concentration d'ozone et que les performances du modèle étaient meilleures pour les sites plus éloignés.

2.3.2 La technologie de répartition des sources d'ozone (OSAT) a été utilisée pour estimer les contributions de plusieurs sources, zones, catégories et types de polluants à la formation d'ozone en un seul modèle. Il utilise plusieurs espèces traceurs pour suivre le sort des émissions de précurseurs de l'ozone (COV et NOx) et la formation d'ozone causée par ces émissions dans le cadre d'une simulation.

2.3.3 D'après les résultats des quatre campagnes, l'ozone provenant des conditions aux limites (c'est-à-dire l'influence de l'extérieur des limites de l'étude) était une source majeure d'ozone ambiant dans la plupart des sites. Sur le site de Tap Mun à Hong Kong, l'O3 moyenné s'est formé dans une situation dominée par des NOx, généralement parce qu'il était situé au près, alors qu'à Tung Chung et Yuen Long à Hong Kong, l'O3 ambiant a été dominé par le transport frontalier au cours de la 2ème la campagne et les sources globales ont contribué à d'autres moments.

RECOMMANDATIONS 3

3.1 Implications sur les stratégies de contrôle des émissions dans la région PRD

3.1.1 Un épisode typique d'ozone survenu en novembre 2006 a été choisi pour l'élaboration d'une stratégie de contrôle de l'ozone. L'analyse CAMx OSAT peut nous donner les résultats de la répartition des sources d'ozone, grâce auxquelles la région source et la catégorie de source pourraient être contrôlées pour atteindre les objectifs de qualité de l'air liés à l'ozone. Les résultats de l'OSAT ont indiqué que les sources d'émissions locales étaient le facteur dominant de l'épisode d'ozone élevé, tandis que l'ozone transporté de l'extérieur de la région PRD était le facteur dominant pour le niveau d'ozone de fond. Le modèle basé sur l'observation (OBM) a également été utilisé pour identifier les conditions limitées en COV ou en NOx de toutes les campagnes. L'OBM et l'OSAT ont montré des résultats comparables bien que l'OBM ne prenne en compte que les émissions locales.

3.1.2 L'analyse de sensibilité a montré que la réduction des émissions de COV dans la région PRD entraînerait une réduction générale de la concentration d'ozone dans la région, en particulier la zone sous le vent, et une réduction plus significative de l'ozone peut être obtenue en réduisant les émissions de COV des sources mobiles en la région. La réduction des émissions de NOx dans la région PRD entraînerait une réduction générale de la concentration d'ozone dans la plupart des zones, mais la concentration d'ozone serait augmentée dans les zones directement sous le vent des principales sources d'émission. La réduction des émissions de NOx provenant de sources mobiles entraînerait une réduction générale de la concentration d'ozone dans la région, à l'exception des zones sous le vent de Guangzhou et de Hong Kong, tandis que la réduction des émissions de NOx provenant de sources ponctuelles augmenterait considérablement les concentrations d'ozone dans les zones immédiatement sous le vent de certaines sources d'émission ponctuelles majeures. .

3.1.3 Sur la base des résultats de la répartition des sources, des analyses OSAT et des analyses de sensibilité, les sources de trafic, les sources de zone et les sources ponctuelles dans la région PRD se sont avérées être les principaux contributeurs de la formation d'ozone dans la région PRD, y compris Hong Kong. Quatre scénarios de contrôle de l'ozone ont ainsi été conçus pour étudier leurs impacts sur les concentrations régionales d'ozone. Les résultats de la modélisation ont révélé que la réduction de 50% du trafic dans la région PRD (stratégie de contrôle 1) serait le scénario de contrôle le plus efficace, et la réduction de 50% des émissions de COV provenant du trafic et des sources de zone dans la région PRD aurait des impacts similaires. La réduction des émissions de NOx (50% et 85%) des sources ponctuelles dans la région PRD ne permettrait pas de réduire la concentration d'ozone dans la zone directement sous le vent des principales sources d'émission de NOx.

3.1.4 Sur la base de tous les résultats ci-dessus, les stratégies de contrôle de l'ozone dans la région PRD devraient se concentrer sur le contrôle des émissions provenant de sources liées au trafic telles que le trafic routier ainsi que les émissions industrielles, y compris les mélanges de solvants.

Sources liées au trafic

3.1.5 Les mesures vertes pour les transports publics sont particulièrement adaptées à Hong Kong car le réseau et les installations de transport à Hong Kong sont assez étendus et peu d'infrastructures supplémentaires telles que la rationalisation des flottes de bus sont nécessaires pour une optimisation plus poussée. D'autre part, les émissions marines sont également l'une des sources potentielles de pollution atmosphérique qui devraient être contrôlées par certaines mesures possibles telles que la réduction de la vitesse des navires à l'approche de la zone portuaire, l'élaboration de normes d'émission obligatoires pour les moteurs, l'encouragement à l'utilisation de carburants plus propres et la mise en place d'émissions. zones de contrôle (ECA) dans les ports PRD.

Sources liées à l'industrie

3.1.6 Sur la base des résultats de l'étude, l'utilisation de solvants mixtes devrait être le principal objectif lors de l'élaboration des stratégies de contrôle des émissions. Outre le règlement sur la lutte contre la pollution de l'air (COV) (le règlement sur les COV) et le règlement sur le contrôle de la pollution de l'air (stations de remplissage d'essence) (récupération des vapeurs) déjà mis en œuvre à Hong Kong, le plan d'action pour la qualité de l'air dans le delta de la rivière des Perles exige également une gestion renforcée des Teneur en COV des produits contenant des solvants organiques destinés à la consommation commerciale et domestique. L'introduction de normes d'émission de COV couvrant à la fois les rejets dans les cheminées et les émissions fugitives, ainsi que la teneur en COV des matières premières industrielles serait également recherchée sur le contrôle des émissions de COV.

3.1.7 D'autres incluent le renforcement du contrôle des émissions des industries de consommation de solvants organiques et le contrôle de la teneur en COV des produits solvants destinés à la consommation commerciale et domestique. Des normes d'émission de COV pour les industries d'émission typiques devraient également être élaborées.

3.1.8 En outre, les stratégies d'utilisation de l'énergie et d'autres mesures telles que la promotion de l'efficacité énergétique, l'utilisation de combustibles plus propres et la promotion d'une vie à faible émission de carbone peuvent également aider à contrôler l'ozone dans la région du PRD.

3.2 Mise en place d'un réseau de stations de surveillance de l'évaluation photochimique (PAMS)

3.2.1 Les précurseurs du smog photochimique tels que le NO2 et l'ozone ont été surveillés dans le réseau régional de surveillance de la qualité de l'air. À Hong Kong, les mesures des COV et des COV ont été mesurées dans le cadre du programme sur les polluants atmosphériques toxiques (TAP) de Tsuen Wan et de la station centrale / occidentale, et des mesures basées sur des projets tels que les COV en temps réel, les NOy, les TNMHC, le niveau de trace de CO , etc. sont également mesurés pour améliorer la compréhension de la formation de la pollution photochimique par l'ozone à Tung Chung, Hong Kong. Les résultats de cette étude ont révélé que la distribution spatiale des sources d'émission dans le PRD n'était pas uniforme, en particulier pour les différents types de sources de COV. Pour estimer avec précision le potentiel de contribution régionale de l'ozone d'un groupe de villes particulier, la conception du réseau orienté source d'émission, telle que la philosophie de conception des stations de surveillance de l'évaluation photochimique (PAMS) et du réseau de stations de surveillance de la qualité de l'air des supersites, est applicable dans la région PRD. Une stratégie plus probable serait l'intégration de ces réseaux de surveillance en un seul dans la région PRD, c'est-à-dire ayant à la fois une capacité de surveillance des oxydants photochimiques et des particules fines.

3.2.2 Sur la base des résultats de l'analyse PMF, les points chauds de contribution à la source de COV sont à peu près situés dans trois zones: 1) situées juste à l'embouchure de la rivière des Perles [PRD centrale]; 2) PRD de l'Est; et 3) PRD du sud-ouest. Trois sous-réseaux PAMS peuvent être développés avec ces régions en conséquence.

3.2.3 Pour maximiser les ressources actuelles, plusieurs réseaux PRD de stations de surveillance de la qualité de l'air actuellement en service peuvent être utilisés et mis à niveau en tant que stations PAMS. Par exemple, les sites des deux stations actuelles du réseau (Tsuen Wan et Tung Chung), de l'Université des sciences et de la technologie de Hong Kong (HKUST) ainsi que de Hok Tsui, qui se trouvent à peu près nord-est-sud-ouest, peuvent être transformés en réseau de stations PAMS.

3.3 Les besoins d'échantillonnage supplémentaire des polluants atmosphériques dans la région PRD

3.3.1 La pollution de l'air se compliquant dans la région PRD, la capacité de surveillance devrait être renforcée et devenir plus polyvalente afin d'identifier les causes profondes des problèmes complexes de pollution photochimique de l'air. En plus des polluants critères (SO2, NO2, O3 et PM10) qui sont régulièrement surveillés dans le réseau régional de la qualité de l'air du PRD, il est suggéré d'inclure davantage de paramètres dans les stations du réseau. À l'instar des suggestions sur l'expansion de la capacité de surveillance du réseau, les paramètres doivent être ajoutés en tenant compte des sources d'émission dans le voisinage, de l'emplacement, des conditions météorologiques, des contraintes de ressources, etc.

3.3.2 Afin d'évaluer les problèmes complexes de pollution atmosphérique tels que la pollution photochimique par l'ozone, le smog régional, la dégradation de la visibilité, une capacité de surveillance plus complète est recommandée. Les paramètres recommandés sur divers types de réseau de surveillance dans la région PRD ont été fournis. Par exemple, dans les stations de surveillance urbaines, en plus des paramètres actuellement surveillés, il est suggéré d'inclure les PM2.5, CO, NOy et les observables météorologiques dans le programme de surveillance alors que des mesures plus robustes sont recommandées dans le réseau de stations PAMS, par exemple HONO, PAN, particules fines (PM1 à PM2.5) etc.

4 OUTLOOK

4.1 Résumé

4.1.1 Des données détaillées sur les COV et les COV ont été recueillies dans le cadre de cette étude. Ces données ont été utiles pour combler les lacunes afin de mieux comprendre les sources d'émissions de pollution photochimique et le mécanisme de formation possible spécifiquement dans la région PRD. Les vastes échantillons ponctuels de COV recueillis dans cette étude seraient utiles pour une enquête préliminaire sur les variations spatiales des polluants atmosphériques dans la zone d'étude, y compris le terrain de transition. Cependant, un échantillonnage temporel plus intensif est suggéré pour aider à étudier les caractéristiques de la formation secondaire d'ozone dans toute la région.

4.1.2 Il a été démontré que les COV ont une contribution significative à la formation d'ozone dans cette étude. Ce groupe de COV était généralement négligé dans les études précédentes sur les COV menées dans la région du PRD. Des mesures de terrain plus intensives d'OVOC sont donc recommandées pour combler les lacunes de données dans cette région.

4.1.3 Les échantillons de COV et de COV recueillis ont montré des modèles de variation spatiale et temporelle différents parmi les 4 campagnes d'échantillonnage de cette étude; des mesures à long terme des COV, des OVOC et d'autres précurseurs de l'ozone tels que les NOx, ainsi que les conditions météorologiques sont donc nécessaires pour familiariser leurs tendances à long terme et développer des mesures et des stratégies appropriées de contrôle de l'ozone.

4.1.4 Pour démontrer les caractéristiques de formation d'ozone et l'efficacité de diverses stratégies de contrôle de l'ozone, il est suggéré d'inclure une période de temps plus longue pour la modélisation, par exemple, des données saisonnières ou annuelles devraient être incluses. Davantage de récepteurs devraient être pris en compte dans l'analyse pour rechercher des mesures appropriées dans l'ensemble de la région, mais sans s'y limiter à des sites spécifiques. Des efforts continus devraient également être déployés pour mettre à jour l'inventaire des émissions dans la région PRD en raison du développement rapide de la région.

4.1.5 Outre les mesures au sol, les données de télédétection sont également une source possible pour surveiller la qualité de l'air dans la région PRD à une échelle spatialement plus large. Il est proposé de mettre en place un système d'application complet comprenant des données satellitaires et une surveillance d'observation au sol, car il pourrait être utile de surveiller les propriétés temporelles et spatiales de la qualité de l'air à une plus grande échelle régionale à un moment donné, même si la disponibilité du gaz détecté à distance les polluants à l'échelle de la ville peuvent encore être limités à l'heure actuelle. L'application de la technologie de télédétection est également l'un des 863 programmes.

4.1.6 En résumé, des programmes similaires avec la coopération régionale du Guangdong et de Hong Kong qui ont démontré une approche intégrée et holistique seront utiles pour évaluer l'efficacité des mesures de contrôle de grande envergure mises en œuvre dans la province du Guangdong et à Hong Kong. Certaines mesures récemment mises en œuvre telles que le plan d'action pour la qualité de l'air du Guangdong dans le delta de la rivière des Perles, les mesures de contrôle de la pollution atmosphérique du Guangdong dans le delta de la rivière des Perles, une série de mesures de contrôle mises en œuvre avant et pendant les Jeux asiatiques de Guangzhou et les mesures de Hong Kong telles que la modernisation du charbon. -unités de production à combustion avec brûleurs à faible émission de NOx et systèmes de désulfuration des gaz de combustion; le resserrement des normes d'émission pour les véhicules nouvellement immatriculés, la réduction des émissions de COV provenant des procédés d'impression, des peintures et des produits de consommation; encourager l'utilisation du diesel Euro V; et le lancement du programme d'incitation pour le remplacement des véhicules utilitaires diesel Euro III par des véhicules utilitaires neufs, etc. serait indispensable pour évaluer l'efficacité de ces mesures et de nombreuses autres mesures de contrôle. Une coopération régionale plus poussée devrait être encouragée pour lutter contre la pollution atmosphérique complexe dans la région du PRD dans les années à venir afin d'atteindre l'objectif de qualité de l'air au niveau du monde développé.